Samedi 10 Mai

La Paz

Réveil à 6h? Mais non! A 7h20? Mais non, à 8h20! Wow la grasse mat! J'ai plus l'habitude de dormir autant. Faut dire aussi qu'aujourd'hui, on a quartier libre. On pouvait éventuellement faire la descente de la mort en VTT (3500 m de dénivelé sur plus de 65 km en descente), mais seul Alain s'est porté volontaire, ou un trek à 5300 m, mais seuls Paul, Marylise, Mireille et Gérard ont été courageux pour se lever à 5h du mat... ou alors faire la visite du temple Tiwanaku dans l'après-midi, mais non, nous, on a plus important à faire... du shopping! "En même temps", on est des filles... Bah oui, ce voyage est tellement intense au niveau du planning qu'on n'a encore rien acheté ou presque. "Attends je vais faire une liste des cadeaux qu'il faut que je trouve. Bon, je crois que je vais acheter un autre sac alors!"
Une fois prêtes, nous apportons quelques affaires à la réception pour une petite lessive puis allons prendre le petit déjeuner à la cafétéria de l'hôtel. On n'a pas tout compris comment ça marchait, s'il fallait se servir ou pas, mais on a faim, alors on se sert! Le pain est trop bon, bien croustillant.
Puis, "vamos" faire les boutiques, le temps est nuageux, ça change. On va d'abord aller chercher des sous, c'est plus pratique si on veut payer. Nous décidons d'aller dans un bureau de change qui se trouve en bas de la rue de l'hôtel (autant commencer par descendre!) sauf qu'il faut traverser la grande avenue, et c'est épique. Déjà il n'y a pas de feu et puis de toutes façons le PIETON N'A PAS PRIORITE. Donc quand tu vois une opportunité, tu y vas, tu fonces et tu risques ta vie.
Une fois le change effectué, nous faisons un petit tour à l'église San Francisco (joli portail) et aux alentours, il y a un marché, et un manège que la dame tourne à la main!

IMG_0424 IMG_0428 IMG_0425

Et puis après, ben faut remonter la rue... Nous dévalisons un magasin d'écharpes et autres gants en alpaca, et entrons dans à peu près toutes les boutiques de la rue de l'hôtel et des rues adjacentes. Pas évident de choisir, il y a beaucoup beaucoup de jolies choses. Et Marion achète effectivement un sac supplémentaire... Nous sommes de retour à l'hôtel vers 12h30, le 3ème lit sert de présentoir pour tous les cadeaux. Pour ma part, la question existentielle du jour est: "Comment je vais faire rentrer tout ça dans mon sac?" D'autant plus que j'ai acheté seulement la moitié de ce que j'avais prévu pour l'instant. Nous allons déjeuner à la cafétéria (un petit sandwich aux légumes et un milk-shake avec un peu trop d'eau, décidément les produits laitiers, c'est pas leur fort). Nous décidons ensuite de partir vers la plaza Murillo. Avant ça, nous faisons un petit arrêt à la poste pour acheter des timbres. Ouais, ça non plus, on n'a pas eu le temps de le faire. Me reste plus que 17 cartes à écrire... Ah et puis faut retourner aussi changer de l'argent car j'ai tout dépensé ce matin! Nous empruntons une rue et arrivons directement sur la place où se trouvent le palais présidentiel, le palais législatif et la cathédrale, ça monte sec. De toutes façons à La Paz, les rues sont "comme ça /" et "comme ça \". Faut y aller tranquillement sinon t'es morte au bout de 10 minutes de marche.

IMG_0431 IMG_0433

Mais horreur, y'a un millier de ces saletés de pigeons ici. Je déteste ces choses, et encore plus depuis qu'ils se sont soulagés sur mon balcon pendant que j'étais en vacances, sales bêtes. Je suis l'adhérente numéro 1 du "front pour l'élimination du pigeon en ville". Nous faisons le tour de la place sans voir vu Evo Morales qui n'a même pas fait une apparition en notre honneur, et assistons à la sortie d'un mariage devant la cathédrale. Les robes des femmes sont vraiment jolies.

IMG_0435 IMG_0437

A La paz, le réseau électrique est pire qu'au Japon.

IMG_0430

La vision de la ville depuis la place est très impressionnante.

IMG_0438 IMG_0440 IMG_0442

Puis, nous prenons une rue piétonne dans laquelle il y a des stands où on vend tout et n'importe quoi (de la chaussette au téléphone portable). Un peu de "Pollo Cochabamba"? (j'y reviendrai demain sur Cochabamba...)

IMG_0439

Nous faisons aussi quelques magasins de chaussures, mais non, soyons raisonnables (et j'ai plus de place dans mon sac j'ai dit). Nous continuons notre balade pour nous retrouver sur une passerelle au dessus de l'avenue, c'est plus pratique pour traverser. Y'a du trafic.

IMG_0443 IMG_0444 IMG_0445

Nous poursuivons par une sorte de marché couvert où on "psychote" un peu pour nos sacs. Oui, ici c'est une ville, alors il faut faire gaffe, il y a des voleurs. Nous arrivons dans une rue super en pente qu'il nous faut... monter...

IMG_0446

On est un peu paumées d'ailleurs, mais on continue à faire les boutiques. Bon, "il me reste plus que ça à acheter et c'est bon!"
Nous faisons aussi un petit tour dans le quartier des sorcières, bof, on n'a pas traîné... pas fans. Sinon avec Marion, on s'est chacune acheté un chapeau en laine, orange pour elle et violet pour moi... Mmmm...
Nous retrouvons finalement l'hôtel après un petit demi tour et un réexamen du plan. Comme on peut le constater, les rues sont parfois bien encombrées, ça c'est un "microbus".

IMG_0448 IMG_0447

Cette fois, je me demande vraiment comment je vais faire pour tout rentrer dans le sac... Allez on y croit.
Nous allons ensuite sur internet pour écrire le journal de bord (et non Nico ne s'endort pas à chaque fois, je tiens à le préciser). A propos de Nico, nous le retrouvons devant l'hôtel avec son ami Jacques que nous avions salué rapidement la veille. Jacques avait passé une semaine dans le Nord du Pérou avec Paul et Marylise avant qu'on arrive, et va terminer le voyage avec nous. Il est de Bordeaux aussi. Nous décidons d'aller manger tous les 4 au restaurant Angelo Colonial. Il faut rentrer dans un patio, c'est en haut et on se croirait dans une caverne d'Ali Baba d'antiquités. Excellent! A noter que "la serveuse bolivienne c'est comme la vigogne, t'as pas le temps de lui demander un truc qu'elle est déjà repartie" (copyright "Le petit lexique du Nico des andes" bientôt en vente). Nous arrivons malgré tout à commander, moi ce sera pollo à la plancha, le tout arrosé du vin chilien Casillero del diablo qui est très succulent! On a aussi pris une glace en dessert, il a presque fallu que je finisse celle des autres, c'est pas une vie.
Après ça, direction le bar Sol y Luna pour quelques petits cocktails (avec Marion on avait envie de cocktails, so what?). Je prends ma tequila sunrise, même si y'a pas de coucher du soleil et aussi un caperinha, un cocktail brésilien (un peu comme un mojito) super bon! Inutile de dire qu'on s'est beaucoup marré, l'alcool n'aidant pas et le "vieux couple" Nico /Jacques n'étant pas les mecs les plus sérieux du monde... Afin de ne pas heurter les âmes sensibles et de préserver ma réputation, et pas que la mienne d'ailleurs, je m'abstiendrai de poster des photos.
Pour rentrer à l'hôtel, on redescend par les "escaliers de Montmartre" (si, si, ça y ressemble vraiment), ça va, on marche à peu près droit. Par contre, à l'hôtel c'est désert. Le gardien vient nous ouvrir, il dort sur un matelas derrière la réception. On en profite pour récupérer nos affaires propres (va trouver le sac dans le noir, pas facile). Dodo à 0h45, et une fois allongée, "ouh là là, punaise, ça tourne".