Mardi 13 Mai

Chuvica => San Pedro de Atacama

Réveil à 4h15, ça m'avait manqué! Y'a pas d'électricité (c'est trop tôt) et y'a pas d'eau, super! Parait qu'en fait, ça a gelé...
Nico, en bon guide qui se respecte, saute de son lit pour aller voir si tout le monde s'est réveillé... et... revient se coucher! Remarque, quand on voit sa tête, on comprend mieux. Et puis il fait froid. On s'habille rapidement et c'est l'heure du petit déj. Tout le monde est un peu au radar quand même, mais tout le monde est à l'heure, on est vraiment un groupe ponctuel!
A 5h15, on se retrouve devant les 4x4 qui nous attendent, il fait vraiment très froid! Les bagages sont embarqués (c'est bon? ça tient?) et c'est parti dans le noir et dans le désert.
Notre 4x4 est en tête, mais on se traîne un peu, et puis, c'est bizarre, y'a un voyant rouge qui reste allumé. Tu crois que c'est grave? Ouh là, mais y'a de la fumée qui sort du capot! Mais euh, ça sent aussi le brûlé. Et voilà, ça ne fait pas une demie heure qu'on est parti qu'on est déjà en panne, ça promet. Surtout qu'on en a pour 14h de route (et non, je ne me trompe pas, ce n'est pas 4h mais 14h! Et tout ça autour de 4000 mètres d'altitude). Il fait nuit et froid, nous sommes arrêtés au milieu de nulle part. Réparation de fortune.

IMG_0745

En fait, le chauffeur avait mis un carton sur le moteur pour le protéger du froid et il a oublié de l'enlever ce matin. Ok, super! On assiste au lever du soleil, il fait encore plus froid. Après 45 minutes de réparation, ça redémarre et cette fois c'est vraiment parti vers le désert du Sud Lipez. On roule sur des pistes plus ou moins caillouteuses, on se fait secouer comme des prunes. "En même temps", ça permet de digérer. Enfin, si on pouvait éviter de se cogner la tête au plafond, ce serait encore mieux. On s'est pris un de ces nids de poule mes amis! On a bien dû décoller de 50 cm... Enfin bref, on s'habitue à tout et puis surtout le paysage est extraordinaire (je sais, j'emploie beaucoup de superlatifs, mais c'est la vérité). Et ce, malgré le fait que notre chauffeur lorsqu'il doit choisir entre deux pistes prend toujours celle où il y a le plus de cailloux. D'ailleurs les 4x4 derrière commencent à s'impatienter.
Jacques: "Tu veux un biscuit?"
Moi: "Non merci, c'est gentil."
Nous passons par le village de San Juan, un peu apocalyptique, mais il est tôt, c'est normal que ce soit désert. Nous nous arrêtons parce que notre 4x4 fait un bruit bizarre (ça faisait longtemps). En fait la galerie sur laquelle sont posés les bagages a bougé de 50 cm après le vol plané qu'on a fait tout à l'heure...

IMG_0750 IMG_0754 IMG_0757

Mais voilà qu'au milieu de rien nous rencontrons une voie ferrée que les 4x4 doivent traverser. Y'a pas de passage ici, notre chauffeur a été le seul à s'y reprendre à 3 fois... Ok, ça promet.

IMG_0769 IMG_0764 IMG_0768

Puis il nous faut passer un col. C'est un chemin plein de cailloux et qui monte, nous, on a dû descendre parce que le 4x4, il voulait pas monter avec notre charge. Les autres sont déjà loin... ils ont fini par nous doubler.

IMG_0784 IMG_0786 IMG_0791

"Nico, tu veux un cookie?"
"Ouiiiii!"
Nous arrivons à la Laguna Cañapa. Un renard est au rendez-vous, il n'est pas farouche. Il y a aussi un troupeau de vigognes au loin. Ici, c'est du bleu et du blanc et aussi du rose avec les quelques flamands qui se promènent à la surface du lac gelé. Oui, il fait froid, et puis y'a pas de chauffage dans les voitures, faut pas rêver. Moi, c'est surtout les pieds qui sont congelés, pour d'autres, c'est autre chose... mais sinon, ça va.

IMG_0803 IMG_0805 IMG_0809

IMG_0810 IMG_0812 IMG_0813

IMG_0815 IMG_0819 IMG_0822

 

Après un long arrêt, nous repartons. Je réussis à prendre en photo des vigognes. Nous nous arrêtons rapidement à la Laguna Hedionda où il y a une jolie photo "reflet" à faire et continuons sur la piste.

IMG_0825 IMG_0829 IMG_0833

Nous passons dans une sorte de canyon et là au bord de la route, il y a un viscacha. Ca ressemble à un lapin mais en plus gros.

IMG_0844 IMG_0845 IMG_0847

Puis c'est la montagne aux 16 couleurs (enfin, j'ai pas compté), ça me fait penser à l'Islande.

IMG_0857 IMG_0858

"Nico, tu veux des chips?"
"Ouiiii!"
Puis, nous nous arrêtons à l'arbre de pierre, alors que les autres sont arrivés depuis longtemps. Nous sommes en effet devenus la voiture balai.

IMG_0867 IMG_0869 IMG_0872

Pas le temps de trop traîner et c'est reparti vers la Laguna Roja.
Jacques: "Tu veux un biscuit?"
Moi: "Non merci."
Pendant ce temps, Christine "monte la clôture" (d'après "Le petit lexique du Nico des andes", elle s'endort et sa tête monte et descend ;)).
"Ca va Christine"?
"Bof".
Nous sommes très en retard parce que notre 4x4 se traîne vraiment... Est-ce que ça vient du chauffeur ou alors de la voiture qui ne marche pas bien? Cela restera un mystère. Nico a un peu les nerfs d'ailleurs, mais faut pas, c'est pas grave, le paysage est quand même beau...
A la Laguna Roja, nous nous arrêtons dans un refuge pour manger.

IMG_0876 IMG_0877 IMG_0878

Y'a des moutons dans les chambres, c'est original! Le repas est très simple mais bon, on a même droit à du thon en boîte. Puis, retour dans les 4x4, nous nous arrêtons un peu plus loin pour prendre des photos. En fonction de l'endroit où on se trouve par rapport à l'orientation du soleil, les couleurs passent du rouge foncé à l'orange. Ce sont des algues microscopiques qui donnent cette couleur à l'eau. Et y'a aussi des lamas dans le coin.

IMG_0880 IMG_0881 IMG_0886

IMG_0893 IMG_0894 IMG_0901

Jacques: "Tu veux un biscuit?"
Moi: "Non merci, c'est gentil."
Nous poursuivons notre route cahin-caha, et arrivons au Sol de mañana, en fait il ne s'agit pas de geysers, mais de solfatares. J'ai vu la même chose en Islande, donc je ne suis pas trop impressionnée, y'a juste cette couleur orange dans l'un d'eux qui est assez stupéfiante.

IMG_0907 IMG_0908 IMG_0910

IMG_0912 IMG_0913 IMG_0918

Et puis c'est reparti, nous traversons d'autres paysages colorés, c'est bleu, c'est orange, c'est rose, c'est blanc.

IMG_0929 IMG_0932 IMG_0938

Nous arrivons près de ce qu'on appelle le "désert de Dali", sans nous arrêter.

IMG_0939 IMG_0944 IMG_0946

Je deviens la pro de la photo par la fenêtre. Avec le soleil, la température s'était réchauffée mais là ça commence à bien descendre. Nico est en rogne car on va arriver trop tard à la Laguna Verde et on ne verra pas comme elle est verte.
"Allez Nico, prends un cookie".
Il a failli taper le chauffeur parce qu'il ne s'arrêtait pas quand il le lui disait. Hey, cooooll! Zennn! Regarde c'est un peu vert quand même.

IMG_0947 IMG_0949 IMG_0950

Juste derrière, c'est le volcan Licancabur (5900 mètres d'altitude). Son cratère  abrite un lac qui en fait l'un des plus hauts du monde. Punaise, il fait un vent glacial ici, on est à 4500 mètres.
Jacques: "Tu veux un biscuit?"
Moi: "Non merci, mais c'est gentil."
Et puis nous filons vers la frontière chilienne. Nous passons d'abord par la cabane de la frontière bolivienne où notre bus nous attend. C'est ici que nous laissons nos 4x4. Alors, j'ai un problème, je crois bien que... j'ai pas eu le temps de poster mes cartes postales, et y'a le timbre bolivien dessus. Je demande au douanier et reçois une fin de non recevoir cinglante. Ok, ça vaaaa! Je vais alors voir l'un des chauffeurs, et essaie de lui expliquer mon problème (j'ai pas osé demander à notre chauffeur, l'ambiance étant un peu tendue sur la fin, hum).
Il accepte de prendre mes cartes et de les poster d'Uyuni... A ce jour, personne n'a rien reçu.
Nous chargeons les bagages dans le bus (sur les sièges à l'arrière), nous nous occupons même des bagages de Nico qui est toujours énervé, on va pas le contrarier d'avantage. Dehors il doit faire - 10° et avec le vent, - 20° (j'exagère un peu, so what?!).
Nous montons dans le bus direction San Pedro de Atacama. Wow, la route est goudronnée!! On ne se fait plus secouer, c'est magique. Et là, nous sommes tellement heureux que tout le groupe entonne en cœur "Les jolies colonies de vacances"! LOL Enfin, d'après Jacques on a plutôt l'air d'un bus d'espions avec nos lunettes de soleil.
"Non, merci Jacques, tes gâteaux ont l'air bon, mais j'ai pas faim, vraiment, c'est gentil quand même!"
Après une heure de route tout en descente, nous arrivons à la douane à San Pedro. Passage par un bureau pour faire tamponner les passeports, tous en rang, puis fouille de tous les bagages. Attention, aucun fruit, aucune plante (entre autres) ne doit rentrer au Chili... Finalement la fouille se passe sans encombre, on est bon. Allez hop, faut recharger tout ça dans le bus et direction l'hôtel. Nous y arrivons vers 19h45 après une longue mais belle journée, des couleurs plein les yeux. Une bonne douche chaude, ça fait du bien et surtout ça enlève la poussière (notre 4x4 rouge était beige à la fin, tout comme mon sac...).
Ce soir c'est le dîner d'adieu, snif!
Nico nous dégote un restaurant tenu par un toulousain. San Pedro de nuit, c'est bizarre, des maisons en adobe, des rues sans voiture, on dirait un village de cowboys Disney.
Au menu ce soir, du saumon et des pommes de terre (et pas de la salmonelle, hein Marion?). Le pisco chilien est succulent, mais il monte vite à la tête, hein Marion? Là-dessus un peu de Casillero et je crois qu'on est bien hein Tintin? Nico nous fait son petit discours, c'est émouvant. Finalement, on va encore se retrouver tous les 4 autour de la cheminée... Ah, on a vu revenir Christine qui s'était un peu perdue et n'arrivait pas à retrouver l'hôtel ;) "Ca va Christine?" "Bof".
Finalement c'est vers minuit qu'on rentre, même pas fatigués! Allez dodo à 0h30, punaise, ça tourne vraiment, pire qu'à La Paz!!