Mercredi 14 Mai

San Pedro de Atacama => Santiago du Chili

Ce matin, réveil à... 6h par un SMS... grrr et le décalage horaire alors??? Oui, je suis obligée de laisser le portable allumé parce qu'il sert de réveil. Enfin, on se rendort pour finalement émerger vers 8h30, bien dormi, ça ne tourne plus. Par contre, il flotte dans l'air comme un sentiment de nostalgie et de fin de vacances.
Nous allons prendre notre petit déjeuner (apparemment on est les dernières avec Alain et Isabelle) puis partons à la découverte de la ville. Comme aperçue hier soir, elle est faite de petites maisons basses, de boutiques, de restaurants, d'agences de voyages. Il y a aussi beaucoup de vélos qui circulent, des touristes et des chiens. Mais pas beaucoup de voitures et ça c'est agréable (ci-dessous une photo de l'entrée du restau d'hier).

IMG_0959 IMG_0960 IMG_0961 IMG_0962

Nous prospectons pour quelques derniers cadeaux à faire (enfin, surtout Marion, moi mon sac est plein), achetons des cartes pour que tout le monde écrive un petit mot à Nico, puis allons faire le journal de bord de Viventura dans un cyber cafe sur la place. Marion qui a toujours ses cartes postales veut les poster d'ici, nous nous mettons donc à la recherche de la poste qui est en fait un minuscule bâtiment dans une petite rue derrière la place. Il y a une jolie vue sur le volcan.

IMG_0963 IMG_0964

Puis, de retour vers l'hôtel, elle se laisse tenter par un masque qu'elle avait repéré un peu plus tôt. Dans la boutique nous rencontrons Nico et Jacques, qui viennent de se réveiller... il est 11h30, ça va, tranquille... et nous qui nous levons aux aurores pour aller bosser sur le journal de bord, pffff...
De retour à l'hôtel, c'est "opération Nico" pour écrire les petits mots sur les cartes et échange des adresses emails de tout le monde. Nous repartons ensuite avec Marion pour nous acheter quelque chose à manger (sandwich, chips, bananes et un brownie chilien qui ne vaut pas le brownie bolivien...). C'est dans la cour de l'hôtel, qui est très agréable, que nous dégustons ce pique-nique et attendons le bus. Allez, "vamos", chargement des bagages comme d'habitude à l'arrière en faisant tout passer par la fenêtre et départ pour la Vallée de la Mort et la Vallée de la Lune dans le désert d'Atacama. On dit que c'est le désert le plus sec du monde, on a relevé en moyenne 0,8 mm de pluie par an, ce qui n'est atteint dans aucun autre point du globe.
Nous faisons un petit arrêt photos pour découvrir ce paysage très aride mais très beau.

IMG_0965 IMG_0969 IMG_0971

Puis, le bus nous laisse dans une sorte de canyon où nous allons faire une petite balade dans la Vallée de la Mort. Au programme, des pierres, du désert, des dunes de sable et au loin le volcan Licancabur. C'est encore une fois magnifique.

IMG_0974 IMG_0976 IMG_0979

IMG_0984 IMG_0987 IMG_0996

IMG_1004 IMG_1006

Nous croisons des gens qui montent en VTT pour aller surfer sur la dune, motivés!
Puis, nous retrouvons notre bus pour aller à la Vallée de la Lune.
Dans la région, on peut voir les ciels les plus clairs du monde en raison de la sècheresse extrême ainsi que de l'absence de pollution lumineuse, c'est un lieu idéal pour l'astronomie.
A la Vallée de la Lune, nous nous arrêtons pour escalader une grande dune. Enfin, on passe sur le côté de la dune car il est désormais interdit d'y marcher dessus à cause de la fragilité du sol. Le panorama d'en haut est superbe.

IMG_1012 IMG_1014 IMG_1015

IMG_1018 IMG_1026 IMG_1034

IMG_1037 IMG_1040 IMG_1041

Nico joue les acrobates.

IMG_1024

Puis nous redescendons jusqu'au bus avec Marion... en courant (ouais, on est en forme!!). A propos, juste derrière le bus, il y avait une "grotte" dans laquelle Jean-Michel et Gérard s'étaient tranquillement installés pour nous attendre :)
Nous repartons pour un autre stop photos sur le Licancabur puis "Las Tres Marias". Alors là, bien sûr, photos évidentes avec les 4 Marie du voyage (j'ai pas la photo, je suis dessus...).

IMG_1048 IMG_1050

C'était le dernier arrêt, snif! Nous repartons cette fois direction Calama.

IMG_1056 IMG_1060

Au passage sur le bord de la route, nous pouvons voir un guanaco, c'est un camélidé sauvage apparenté au lama mais qui n'a pas été domestiqué. Sa fourrure est brun/roux.
Sur la route au loin, on aperçoit un gros nuage de poussière. Il s'agit en fait de la mine de cuivre de Chuquicamata, qui est la plus grande mine de cuivre à ciel ouvert du monde. Elle contient à elle seule 13% des réserves de cuivre du monde, sa superficie est d'environ 8.000.000 m² et sa profondeur peut atteindre plus de 800 m. Toute la ville de Calama tourne autour de cette mine, des quartiers entiers ont même été construits pour héberger les employés.
Perso, j'ai un gros coup de blues sur le trajet, oui, c'est la fin des vacances... et d'après le "Petit lexique du Nico des andes", "ça sent l'écurie"... Nous en profitons pour lui donner les cartes.
Nous arrivons à l'aéroport vers 17h. Nous sommes plutôt en avance et tentons de nous enregistrer aux bornes automatiques, mais ça ne marche pas. Finalement, on va passer par les comptoirs. Une fois les bagages enregistrés, nous nous retrouvons tous au bar en haut de l'aérogare pour prendre un petit pot d'adieu. Mon dieu, les jus de fruits sont énormes!
Et puis voilà, il est temps d'embarquer, c'est le moment des adieux (enfin, des "au revoir" j'espère...) avec Nico et Jacques. Ben ouais, finalement on s'attache... Mince... Nous passons la sécurité et retrouvons Nico qui nous prend en photo depuis le bar en haut. Allez, faut y aller maintenant, on va embarquer. Byeee!!!!!!!!!! Snif!
Après 20 minutes de vol, nous faisons une escale à Antofagasta (escale technique de 30 minutes pour faire le plein) et c'est reparti vers Santiago. Comme dîner, nous avons droit à une petite boite contenant un gâteau chilien, un brownie et des cacahuètes. C'est pas très copieux, mais j'ai pas très faim, chui déprimée :( J'en profite pour regarder mes photos sur mon appareil, ça fait passer le temps.
Nous arrivons à Santiago à 22h10, la récupération des bagages s'effectue sans problème et nous retrouvons notre guide local Pianqui (pas sûre de l'orthographe). On a quand même failli oublier Marion qui était partie acheter de l'eau. Nous prenons un mini bus pour nous rendre à notre hôtel, et comment dire, le choc culturel est plutôt rude. On se croirait revenus à Paris, y'a des autoroutes, des lumières, des voitures, du bruit. Je veux retourner dans le désert!!! Ouiiiinnn! En plus, sans notre Nico national, on se sent tous un peu orphelins.
Nous passons par le centre de Santiago avant d'arriver à notre hôtel. C'est une jolie bâtisse située sur une grande avenue. L'organisation n'est pas terrible, on a même l'impression qu'on ne nous attendait pas, ça fait plaisir. Et puis y'a des problèmes de répartition des chambres. Il faut qu'on remplisse tous une fiche, ça prend du temps. Evidemment, on est au deuxième étage, argh, faut porter le sac.
La chambre est plutôt grande.
"Marion tu peux fermer la fenêtre?"
"Ah ben non, elle est déjà fermée".
Ah ok, on a un peu l'impression d'être dans la rue tellement il y a du bruit et l'insonorisation est inexistante. Bon, ben voilà, on va essayer de dormir alors. Douche et dodo vers 0h30. Ouiiiiinnnnn!! Je veux retourner dans le désert!!